Bredin Prat a assisté la société Coyote System avec une équipe composée de Yann Aguila (associé) et Guillaume Froger (Counsel)

Deals
TAILLE DU TEXTE

Bredin Prat sur la censure partielle du dispositif Harry Potter par le Conseil constitutionnel.

Le Conseil constitutionnel a statué le 24 novembre 2021 sur la question prioritaire de constitutionnalité soulevée par la société Coyote System à l’encontre de l’article L. 130-11 du code de la route. 

Issu de la loi d’orientation des mobilités, cet article habilite l’administration à interdire aux exploitants d’un service électronique d’aide à la conduite ou à la navigation par géolocalisation de rediffuser les messages et indications émis par les utilisateurs de ce service, à l’occasion de certains contrôles routiers de police. Le dispositif a été baptisé par la presse « dispositif Harry Potter » car, à l’image de la cape d’indivisibilité du célèbre sorcier, il permet de camoufler aux utilisateurs la position des forces de l’ordre au bord des routes.

Dans sa décision, le Conseil constitutionnel a relevé qu’en dehors du réseau routier national, l’interdiction de rediffusion visait toutes les informations émises par les utilisateurs, y compris celles sans rapport avec la localisation des contrôles routiers (comme la présence d’un obstacle sur la route, d’une zone d’accident ou d’un véhicule à contresens). Il a estimé qu’une telle interdiction portait à la liberté d’expression et de communication une atteinte qui n’était pas nécessaire, adaptée et proportionnée à l’objectif poursuivi. Il a donc censuré les dispositions de l’article L. 130-11 du code de la route qui limitaient au réseau routier national la possibilité de signaler les évènements liés à la sécurité routière. Avec cette censure, les services électroniques d’aide à la conduite ou à la navigation pourront donc continuer de rediffuser aux utilisateurs les informations de base sur la sécurité routière, quel que soit l’endroit où ils se trouvent.

En outre, le Conseil constitutionnel a donné des précisions utiles sur le champ d’application du dispositif Harry Potter. D’une part, il a rappelé qu’une interdiction de rediffusion ne peut être mise en œuvre pour procéder à des contrôles de vitesse. D’autre part, il a précisé que le dispositif s’applique à tous les exploitants de services utilisés sur le territoire français, quel que soit leur lieu d’établissement, ce qui n’allait pas de soi.

L'annuaire du Monde du Droit