Avocats, magistrats et greffiers veulent « reconstruire la justice dans un esprit commun de bâtisseurs »

Institutions
TAILLE DU TEXTE

A l'aube du déconfinement, les acteurs de la Justice souhaitent retrouver l'unité.

Dans un communiqué du 6 mai, la Conférence des premiers présidents de cours d'appel, la Conférence des présidents de tribunaux judiciaires, le Barreau de Paris et la Conférence des bâtonniers appellent à l'apaisement des relations entre avocats, magistrats et greffiers . Ces institutions « regrettent vivement et réprouvent ensemble les propos récemment tenus concernant les relations entre ces acteurs de la Justice » . Certains de ces propos ont été relayés par voie de presse, « ce qui n’a fait qu’affaiblir un peu plus l’institution judiciaire aux yeux de nos concitoyens dans ces temps où elle a particulièrement besoin de soutien et d’unité ».

Le 11 mai prochain verra s’ouvrir une nouvelle étape dans le cadre de laquelle les organisations déployées pour assurer la continuité du service public nécessiteront « la poursuite de l’engagement sans faille des magistrats, des avocats et des fonctionnaires des tribunaux judiciaires. Nous aurons à reconstruire ensemble la Justice, notre Justice, dans un esprit commun de bâtisseurs. Nous aurons besoin pour cela d’une unité, d’une communauté de vision et d’intérêt dans cette nécessaire coproduction judiciaire que constitue l’œuvre de justice, qui doit fédérer toutes les idées et toutes les énergies. Les missions de nos deux professions, qui ne sont jamais à l’arrêt, sont aussi dénuées de sens les unes sans les autres, que les unes contre les autres ».

Une unité à reconstruire

Dans une lettre ouverte aux magistrats et greffiers, le Conseil national des barreaux (CNB) appelle à « relever la justice » dans le cadre d'une  « unité à construire ».
Pour l'institution représentative des avocats, les acteurs de la Justice doivent unir leurs voix et leurs énergies.  « Les avocats ont besoin des magistrats, des greffiers, des fonctionnaires de justice. Les fonctionnaires de justice et les juges ont besoin des avocats. La grande famille judiciaire doit rester unie et ne pas se laisser tenter par des disputes inutiles et d’une autre époque. À nous de faire valoir, ensemble, ce que nous voulons pour nos tribunaux demain. À nous de nous unir pour réclamer la fin d’une politique de pénurie et une vraie justice accessible par tous nos concitoyen », conclut la lettre.

Arnaud Dumourier (@adumourier)

L'annuaire du Monde du Droit

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.