Violences au tribunal judiciaire de Paris : le barreau de Paris demande un droit de visite dans les lieux de privation de liberté

Institutions
Outils
TAILLE DU TEXTE

Réaction du barreau de Paris suite à l'article de Street Press à propos de violences au tribunal judiciaire de Paris.

 

Un article de Street Press consacrait une longue enquête au témoignage d’un brigadier-chef lanceur d’alerte, Monsieur Amar Benmohamed, portant sur le dépôt du Tribunal judiciaire de Paris (officiellement dénommé la compagnie de Gare et de la Zone d’Attente).

Pour le barreau de Paris, « ce témoignage n’est ni banal ni habituel »« L’enquête ouverte à la suite de ce témoignage public pour "violences volontaires par personnes dépositaires de l'autorité publique" et "injures non publiques en raison de l'origine, l'ethnie, la nation, la race ou la religion", devra bien entendu faire toute la lumière sur les allégations d’une extrême gravité, que l’enquête confiée d’abord à l’IGPN, n’a pu apporter à ce jour.
En tout état de cause, les propos de Monsieur Amar Benmohamed doivent conduire les pouvoirs publics à réagir vite et il apparaît assez clairement que des mesures urgentes doivent être prises afin de restaurer la confiance du public dans notre système judiciaire.», poursuit le communiqué.

« Cette situation vient par ailleurs confirmer la justesse de la proposition du Barreau de Paris, qui, avec le Conseil National des Barreaux (CNB) et la Conférence des Bâtonniers, demandent, unis et unanimement, un droit de visite des lieux de privation de liberté, confié aux Bâtonniers, au Président du CNB, au Président de la Conférence et/ou à leurs délégués dûment désignés » selon le barreau de Paris.




Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.