UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Elections au Conseil de l'Ordre du barreau de Paris : interview de Caroline de Puysegur et Barthélémy Lemiale

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Monde du Droit a interrogé Caroline de Puysegur et Barthélémy Lemiale, candidats au Conseil de l'Ordre du barreau de Paris pour le mandat 2020-2022.

Pourquoi vous présentez-vous ?

Notre candidature est le prolongement de notre engagement syndical. Nous travaillons depuis longtemps sur l’avenir de la profession, et nous côtoyons nos confrères sur le terrain : Caroline, en tant que vice-présidente de l’ACE-Paris, après avoir présidé pendant 7 ans, la commissions « droit immobilier » puis celle de la « déontologie et nouveaux métiers de l’avocat » ; Barthélemy au sein de l’ACE -JA Paris, mais également depuis 5 ans à la commission « prospective » du CNB.

Quels sont les principaux axes de votre programme ?

• Assurer la défense de notre régime de retraite. Notre profession a constitué un régime autonome excédentaire. Notre solidarité est exemplaire : protéger les revenus les plus faibles ou n’ayant pas de carrière complète.

• Accompagner les confrères dans la mutation technologique actuelle et prévenir toute fracture numérique au sein du barreau. Proposer des outils numériques pour améliorer le service rendu aux clients y compris la baisse des coûts par la rationalisation du temps passé par nos confrères à des tâches répétitives. Les Avocats sont les mieux placés pour inventer le monde juridique de demain et les seuls à disposer de l’expérience et du recul nécessaire sur la fabrique du Droit et la Justice.

• Développer les MARD y compris la pédagogie concernant les processus afin de dépasser certains préjugés : c’est un outil simple et rapide dont le coût est, hors arbitrage, limité.

• Veiller aux rapports entre avocats et magistrats, car leur détérioration constitue un frein à la construction d’une justice moderne, démocratique et efficace.

Quels dysfonctionnements observez-vous au sein de l'Ordre et que proposez-vous comme solution ?

L’augmentation constante du nombre d'avocats (30.000 au barreau de Paris) nécessite une organisation très rationnelle des services de l’ordre et une bonne coordination. C’est un changement important qui se construit dans le temps. La priorité de l’ordre est de faciliter le développement de l’activité des avocats tout maintenant un lien chaleureux et confraternel conforme au respect de la déontologie de notre profession.

Qu'avez-vous de plus que les autres ?

Nous incarnons, par nos parcours et nos engagement respectifs une approche moderne, entrepreneuriale et indépendante de notre métier et notre connaissance des thèmes qui concernent l’avenir de notre profession, nous permet d’être opérationnels immédiatement.

Caroline a eu l’audace après une carrière réussie dans une direction juridique en entreprise, d’opter pour un projet entrepreneurial : devenir avocate et créer son cabinet. Son double parcours est un atout majeur. Barthélemy a innové en créant, à côté du développement de son cabinet Valmy Avocats en plein essor, une start-up dans la blockchain, ipocamp.io, qui ambitionne de devenir la banque mondiale de la propriété intellectuelle.

Propos recueillis par Alice Magar