Application dans le temps de la loi de réforme pour la justice

Droit pénal
Outils
TAILLE DU TEXTE

La Cour de cassation décide que les personnes condamnées pour des faits commis avant le 24 mars 2020 continueront à bénéficier des anciens textes permettant aux juridictions correctionnelles d’aménager une peine d’emprisonnement supérieure à un an et inférieure ou égale à deux ans.

La loi n° 2019-222 du 23 mars 2019, entrée en vigueur le 24 mars 2020, a notamment abaissé de deux ans à un an le plafond qui permet aux juridictions correctionnelles d’aménager une peine d’emprisonnement. La Cour de cassation considère que cette nouvelle disposition relève du régime applicable aux lois d’exécution et d’application des peines et qu’elle a pour résultat de rendre plus sévères les peines prononcées par le tribunal correctionnel ou la cour d’appel. Or, une loi plus sévère ne peut (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.